La Métropoligne 40, la voie du verdissement urbain

Par Lise Goin, étudiante en Maîtrise Gestion et Développement Durable à HEC Montréal. En collaboration avec Camille Dumont-Masson, Karim Mousseau, Raphael Savaria et Philippe Stas.

Publié le 7 Juillet 2021

La Métropolitaine impose son sillage de béton et de bitume à travers des quartiers gris au fort taux de défavorisation. Sa silhouette empesée sonne le glas d’une ère révolue qui conçoit la ville comme un pôle étouffant sous les pots d’échappement. S’imposant comme une voie routière achalandée et essentielle pour de nombreux usagers, la Métropolitaine est prévue d’être restaurée à l’identique, à savoir telle que conçue dans les années 50. Or, les temps ont changé et le souci d’accompagner l’essor de la voiture des Trente Glorieuses a cédé le pas aux préoccupations environnementales et aux défis du changement climatique. La réfection de la Métropoligne permettrait ainsi de revisiter le potentiel de cette infrastructure. La Métropoligne 40 réconcilie la ville avec la nature et propose un urbanisme en osmose avec l’environnement et la biodiversité. Un tel projet requiert notamment le soutien enthousiaste des citoyen.e.s et de la municipalité.
 

Comment ainsi mobiliser la société civile et les autorités publiques et faire des infrastructures vertes un élément incontournable du paysage urbain de Montréal? Dans le cadre d’un travail de groupe du cours en développement durable à HEC, nous avons procédé à des recherches bibliographiques afin d’analyser cette problématique. Les recommandations qui s’en suivent sont basées sur ce travail de recherche.
 

En premier lieu, la stratégie de réalisation est élaborée autour de l’identification des parties prenantes, de leurs attentes et de leur influence potentielle sur le projet. Ensuite, l’identification des étapes et rôles respectifs à l’aboutissement du projet pose les fondations d’une mobilisation réussie. L’étude des techniques de mobilisation inclusives permet de maximiser la participation de tous, y compris des populations les plus vulnérables. Enfin, diverses recommandations sont proposées afin d’initier avec succès le projet de la Métropoligne 40.

La Métropoligne 40 dans son environnement politique et social

Le projet de la Métropoligne 40 en est à ses prémisses et sa mise en œuvre requiert le concours et soutien de toutes les parties concernées. En effet, un tel projet requiert l’adhésion de tous les paliers de décision englobant les arrondissements, la ville, la Municipalité régionale de comté (MRC) et le plan d’infrastructures du gouvernement provincial. Chaque palier pourra valider que les intrants provenant des recommandations des paliers précédents rencontrent les objectifs de leur plan de développement durable et d’infrastructures de déplacement. De même, les recommandations provenant de leur domaine de responsabilité enrichiront le programme qui sera présenté au gouvernement provincial et lui donneront une portée et une légitimité accrues. Arrimer le projet aux divers paliers décisionnels inscrit la Métropoligne 40 dans les plans d’infrastructures et de développement durable de la Ville de Montréal. Le dessin de projet se construit en phase avec les desseins des décideurs.

Déterminer l’environnement politique et social de ce projet permet aussi d’identifier les diverses parties concernées et de faire une évaluation de leurs intérêts, légitimités, attentes, besoins de communications et de leur influence sur la conception et la mise en œuvre de la Métropoligne. Cette étape permet d’élaborer une première liste de contacts incluant chefs de départements, élus, leaders communautaires et représentants d’associations de quartier. Des entretiens avec ces individus spécifieront les objectifs de chacun et poseront les bases du calendrier de consultation publique. Cette consultation reposera sur la participation des citoyens et différents utilisateurs présents et futurs de la Métropoligne. Ces apports nourriront ainsi la vision citoyenne du projet à long terme et mèneront ainsi à en préciser les contours.

 

Une mobilisation efficace pave la voie de la Métropoligne 40

Après avoir identifié les divers groupes à consulter, la mise en œuvre d’une mobilisation efficace s’appuie sur diverses étapes clés posant les bases citoyennes du projet : tables rondes citoyennes, visite des lieux prévus et ateliers de conception et définition des objectifs à long terme requièrent le concours participatif de toutes les parties prenantes. Une étude de faisabilité confirmera par la suite le potentiel de réalisation du projet de la Métropoligne 40. À cette étape, le projet passe de l’utopie à un futur réaliste, ce que confirmeront la rédaction d’une proposition formelle de projet qui comprendra notamment un budget et son échéancier, un calendrier des grandes étapes, des ressources, une analyse succincte de risques et l’identification des individus et entreprises en charge du projet. La consultation du BAPE intervient une fois que la proposition de projet est soumise au ministre responsable de l’application de la Loi sur la Qualité de l’environnement (LQE, 2020b) et ouvre ainsi la voie à une consultation officielle des parties prenantes et à l’ajustement éventuel du projet.

 

La Métropoligne 40, un projet pour tous et par tous

Le succès d’un projet repose sur l’adhésion enthousiaste de toutes les parties prenantes. C’est aspect est d’autant plus essentiel dans le projet de la Métropoligne 40 dont la réalisation est prévue dans des quartiers au fort taux de défavorisation. La parole des plus vulnérables reste souvent peu ou mal recueillie, voire discréditée (Raibaud, 2015). De même, l’organisation de consultations laisse peu la parole aux personnes avec un niveau socio-économique et éducatif peu élevé. Celles-ci se sentent illégitimes à participer. Le risque est aussi que les groupes les plus vulnérables se retirent de la discussion et que la solution finale ne corresponde pas à leurs besoins, voire aggrave les discriminations dont ils sont déjà victimes. Les études et enquêtes auprès des divers groupes sociaux présents doivent recueillir leur avis sur les infrastructures urbaines dans un environnement bienveillant. De même, les techniques de consultation publique doivent être adaptées pour permettre une participation optimale des femmes, en aménageant par exemple les horaires de consultations et favorisant une communication participative.

Cette étape est cruciale pour s’assurer que la Métropoligne 40 répondra aux besoins de tous et ne perpétura ou n’aggravera pas des discriminations existantes. Une étude de Lidewij Tummers a analysé en 2015 les stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme et présente diverses techniques prenant en compte l’égalité de genre et la diversité dans les décisions touchant les infrastructures urbaines (Tummers, 2015). Le tracé de la Métropoligne 40 se dessine à travers les arrondissements les plus défavorisés de la Ville de Montréal (Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal, 2018). Or ces quartiers se distinguent souvent par un environnement plus délétère: risque accru de collisions pour les piétons sur les trottoirs (Réseaux quartiers verts, 2019), accessibilité et aménité moindre que dans les quartiers plus cossus (Baumont, 2016). Consulter les populations de ces quartiers permettrait de concevoir le projet de la Métropoligne en phase avec leurs besoins et de considérer les risques de gentrifications induits (Sexton, 2010).

 

Quelles recommandations pour initier le projet?

Bien que le projet de la Métropoligne 40 vise à mettre à niveau une infrastructure routière provinciale, l’essence de sa vision repose sur une revitalisation complète d’une infrastructure qui touche directement les citoyens la jouxtant. L’engagement citoyen s’impose comme le socle du projet et une gestion par arrondissement permettra de maximiser la mobilisation des citoyens. La proximité et les canaux de communication des arrondissements permettront de définir les besoins des riverains du projet via entre autres des ateliers d’idéation.

La Métropoligne 40 est un projet d’envergure qui demandera de multiples ajustements et adaptations. Un déploiement par vagues ou par itérations scindera le projet en divers paliers. La validation de chaque étape sera l’opportunité de maintenir ouvert le dialogue avec les parties prenantes et de faire évoluer la conception du projet selon les apprentissages des étapes précédentes et de favoriser un ancrage dans les communautés. Ceci permettra une plus grande flexibilité dans le développement du projet et une plus grande adhérence sociale.

Le maintien d’un dialogue citoyen régulier offre la possibilité d’être à l’écoute des nouveaux besoins et de maintenir le projet de la Métropoligne vivant au sein dans la communauté. Un tel effort requiert une coordination continue avec les arrondissements et organisations communautaires, notamment pour s’assurer que la portion verte et récréative de la Métropoligne reste en phase avec les aspirations de la communauté.

Enfin, la Métropoligne 40 gagnerait à développer le volet pédagogique de sa proposition de projet afin de partager sa vision aux écoles environnantes et les éduquer sur l’importance de pratiques écologiques et écoresponsables sur les projets qui auront un impact majeur sur leur qualité de vie. La ferme urbaine pourrait, en plus de participer à la production alimentaire locale, être comprise comme un lieu de production pour les arbres et plantes indigènes à relocaliser dans différents quartiers de Montréal pour son reboisement et le maintien de la biodiversité en ville.

 

La Métropoligne 40 s’inscrit dans la trajectoire nécessaire et encouragée par les différents paliers gouvernementaux, la Ville de Montréal ainsi que la volonté populaire de développer un monde meilleur, plus respectueux de l’environnement. Le projet représente l’un des principaux défis du développement durable au sein des communautés : passer de l’utopie à la réalité avec le concours de tous les membres de la communauté.

Si vous désirez en apprendre davantage sur l’Alliance pour l’innovation dans les infrastructures urbaines de mobilité et sur son projet phare Métropoligne 40 ou vous impliquer auprès de l’ALLIIUM, n’hésitez pas à nous contacter au info.alliium@gmail.com.


 

Mots clés: recommandations, Métropoligne 40, ALLIIUM, mobilisation

Références

Dumont-Masson, Camille, Goin Lise, Mousseau, Karim, Savaria Raphael, Stas, Philippe. Métropoligne 40 [travail de session du cours DDRS40402 Développement durable et gestion : enjeux et pratiques, offerts à l’hiver 2021] Montréal, HEC Montréal

Baumont, C. & Guillain, R. (2016). Transformer les quartiers défavorisés: Les enjeux des politiques publiques zonées. Revue économique, 3(3), 391-414.
https://doi.org/10.3917/reco.673.0391

Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal. (2018). Carte de la défavorisation 2018. https://www.cgtsim.qc.ca/images/documents/GUIDE_2018FRW_CARTE_DEFAVO.pdf

Gilbert-Lapointe, C. (2021, 3 février). Métropoligne 40/ Alliium [Présentation de projet]. Cours HEC DDRS40402, Développement durable et gestion, Montréal, Canada.

Légis Québec. (2020b, 20 octobre). Loi sur la qualité de l’environnement, chapitre Q-2. Consulté le 18 février 2021.  
http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cs/Q-2#:~:text=Les%20objectifs%20fondamentaux%20de%20cette,environnement%20sont%20d'int%C3%A9r%C3%AAt%20g%C3%A9n%C3%A9ral.

Légis Québec. (2020d, 1 septembre). Règles de procédure du Bureau des audiences publiques sur l’environnement, chapitre Q-2, r. 45.1. Consulté le 18 février 2021.         
http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/showdoc/cr/Q-2,%20r.%2045.1

MELCC. (2018a). Plan d’action de développement durable 2015-2020.  
https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/environnement/publications-adm/plans-action/plan-developpement-durable2015-2020.pdf?1545152493#:~:text=Le%20Plan%20d’action%20de%20d%C3%A9veloppement%20durable%202015%2D2020%20(,e%20d%C3%A9veloppement%20durable%202015%2D2020%20

MTQ. (2019). Plan stratégique 2019-2023.
https://www.transports.gouv.qc.ca/fr/ministere/organisation/plan-strategique/Documents/plan-strategique.pdf

MTQ. (2021). Réfection majeure et maintien d’actifs sur les structures de l’autoroute 40.           https://www.transports.gouv.qc.ca/fr/projets-infrastructures/reseau-routier/projets-routiers/CMM/metropolitaine/Pages/a40.aspx

Raibaud, Y. (2015). Durable mais inégalitaire : la ville. Travail, genre et sociétés, 1(1), 29-47.  
https://doi.org/10.3917/tgs.033.0029

 

REM. (2021). Réseau express métropolitain | REM.
https://rem.info/fr

 

Réseaux quartiers verts. (2019, 25 avril). Collisions et équité : les rues des secteurs défavorisés sont plus dangereuses pour les piétons.           
https://urbanismeparticipatif.ca/media/2019-collisions-et-equite-les-rues-des-secteurs-defavorises-sont-plus-dangereuses-pour-les


Sexton, K., & Linder, S. H. (2010). The role of cumulative risk assessment in decisions about environmental justice.  International journal of environmental research and public health, 7(11), 4037–4049.
https://doi.org/10.3390/ijerph7114037

 

Tummers, L. (2015). Stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme. Travail, genre et sociétés, 1(1), 67-83.      
https://doi.org/10.3917/tgs.033.0067

 

Ville de Montréal. (2008). Plan de transport 2008.
https://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8957,99681670&_dad=portal&_schema=PORTAL

 

Ville de Montréal. (2020a, décembre 8). Montréal 2030 : un premier plan stratégique.     
https://montreal.ca/articles/montreal-2030-un-premier-plan-strategique